Projet Réunion Moëlle Espoir Projet Réunion Moëlle Espoir Projet Réunion Moëlle Espoir Projet Réunion Moëlle Espoir

« 5 minutes pour sauver une vie », une campagne de sensibilisation pour le don de moelle osseuse créée par les étudiants de l’IAE

Vendredi 8 novembre 2019 à partir de 18h30

A La Réunion, il est primordial d’étoffer le fichier des donneurs potentiels de moelle osseuse en raison des spécificités génétiques liées au métissage. Pour atteindre cet objectif, l’association Réunion Moelle Espoir s’associe à l’AACC outre-mer ainsi qu’à l’IAE. Les étudiants de master marketing ont ainsi conçu une campagne de communication événementielle et digitale baptisée « 5 minutes pour sauver une vie ». Son lancement s’est déroulé hier soir au Cinépalmes et a permis de sensibiliser un public jeune ainsi qu’inscrire de nouveaux donneurs potentiels.

Seul un réunionnais peut sauver un réunionnais

A La Réunion, le métissage rend particulièrement délicate la problématique du don de moelle osseuse. Si, à l’échelle mondiale, la probabilité pour un malade de trouver un donneur compatible est de seulement un sur un million, le mélange des codes génétiques réunionnais réduit encore cette probabilité. Or avec seulement 4500 donneurs potentiels recensés sur l’île, il est nécessaire de sensibiliser largement le public réunionnais afin d’élargir ce fichier.

Mais le don de moelle osseuse fait peur et est victime de nombreuses idées reçues. Non, la moelle osseuse n’a absolument rien à voir avec la moelle épinière et le don ne se fait pas au moyen d’une ponction lombaire douloureuse. Pour s’inscrire sur le registre des donneurs, un simple prélèvement salivaire ou une prise de sang suffisent. Par la suite, et uniquement dans l’extrême rare cas d’une comptabilité, le prélèvement de moelle osseuse se fait sans douleur par une procédure s’apparentant à un simple don de plaquette. Enfin donner sa moelle osseuse ne provoque pas de carence particulière puisque celle-ci se régénère toute seule.

C’est dans ce contexte que l’association Réunion Moelle Espoir (RME) tente, depuis plus de dix ans maintenant, de sensibiliser et informer la population réunionnaise sur le don de moelle osseuse et d’alimenter le fichier de donneurs potentiels. Devant l’impératif de cette cause et le manque de moyens financiers et humains de l’association, l’association des agences-conseil en communication outre-mer (AACC) et l’IAE REUNION ont souhaité s’associer pour offrir plus de visibilité à Réunion Moelle Espoir.

Les étudiants se transforment en véritable agence de communication

Les étudiants du master marketing ont donc été chargés de monter entièrement une campagne de communication avec pour objectif de rompre avec les préjugés et de recruter un maximum de nouveaux donneurs potentiels. Leur campagne, intitulée « cinq minutes pour sauver une vie », a été lancée hier soir au Cinépalmes lors d’un événement qu’ils ont imaginé et organisé. Un film interactif avec des témoignages de donneurs et de receveurs a été diffusé en début de séance afin de toucher un public jeune. A la sortie, un stand de RME a permis aux spectateurs de s’inscrire directement sur le registre de donneurs potentiels.

La méthode de pédagogie inversée leur a permis de réaliser de A à Z ce projet en seulement 4 semaines. Les 14 étudiants se sont organisés en condition réelle à la manière d’une « vraie » agence de communication, par groupes de travail. Sans aucun budget, ils ont réussi à mobiliser de nombreux professionnels – infographistes, imprimeurs, organisateurs événementiel, photographes… - de manière bénévole. Ils ont également pu profiter des conseils des professionnels l’AACC Outre-Mer qui les ont guidés et leur ont fait bénéficier de leur expérience.

La concrétisation de la campagne aura été une aventure dépassant le cadre pédagogique pour les étudiants, comme l’affirme Bryan, chef de projet : « nous nous sommes tellement investis que nous avons oublié que nous étions toujours dans le cadre de nos études ». Thomas Giraud, président de l’AACC outre-mer, ajoute quant à lui : « En tant que professionnel, nous avons été agréablement surpris de la puissance de travail des étudiants. ».

A l’issue de la soirée, les étudiants ont réussi à obtenir 43 nouveaux inscrits sur le registre des donneurs potentiels.